Je me présente …

George Philippart est né le 10 mai 1990, dans un corps de femme, au Luxembourg et a grandi comme enfant placé dans une famille d’acceuil à Esch-sur-Alzette. Il y a fréquenté l’école primaire et, de 2003 à 2012, l’école privée Marie-Consolatrice. En 2016, il obtient son Diplôme d’Accès aux Etudes Universitaires (D.A.E.U.), option littéraire à l’Université de Lorraine de Nancy.

George a réalisé très tôt qu’il voulait faire de la musique, ou comme il le dit toujours, “que la musique le fasse”. Au fil du temps, quels que soient les coups du sort qui lui ont été portés, la musique a toujours été un ami fidèle et un guide avisé.

À l’âge de 10 ans, il prend des cours de percussions. De 2002 à 2004, il apprend à jouer du piano au Centre audiovisuel d’éducation musicale. S’ensuivit une formation approfondie au conservatoire eschois, théorie musicale, chorale d’enfants et de jeunes, leçons de piano, formation vocale et enfin chant classique.

Il a été honoré par l’Union Grand-Duc Adolphe (UGDA) pour ses mérites dans la vie culturelle au Luxembourg.

En 2015, il participe à l’émission de casting “The Voice of Germany” avec le titre classique “The Flower Duet” de l’opéra Lakmé, toujours dans son corps de femme. Un an plus tard, son premier single “En attendant” est sorti, qui est entré dans le hit-parade canadien et est resté dans le TOP-40 américain pendant 16 semaines.

En 2016, George a écrit son roman autobiographique : “Don’t feed me – Meine Magersucht – Gekämpft und überlebt”.
Des années de découverte et de développement de soi ont suivi.

En 2020, George est de nouveau monté sur la scène de “The Voice of Germany”. Mais cette fois-ci, c’est Georges Philippart, en personne, qui a fait vibrer le jury et le public avec la chanson française “Si t’étais là” de Louane.

Il est fasciné par les chansons françaises. Il se souvient que lorsque les lumières s’éteignaient dans la maison de ses parents, il pouvait encore entendre de la musique provenant de la chambre de ses parents adoptifs, notamment de la musique classique, de la musique pop douce d’Helmut Lotti et des chansons françaises. Cela l’a probablement façonné, déclare George.